Feuille d'infos du CIRA #135

Qui sommes-nous ?

Un peu de lecture

Bulletin

CIRA infos

Débats

Bibliothèque

Archives

Liens

Nouveau sur le site



Toutes les annonces de la dernière Feuille d'Infos du CIRA (#212 de janvier 2019 au format html ou au format pdf
À écouter
Tables rondes de la FLAM 2015
Foire aux livres anarchistes de Marseille

Ce qui nous intéresse, ce n’est pas la prise de pouvoir, mais la prise de conscience. (Armand Gatti)

RENCONTRES

MARSEILLE : samedi 14 janvier 2012 à 16 heures. La Libre pensée autonome-Les Amis d'André Arru invite Annick Stevens qui présentera le dernier numéro de la revue Réfractions (voir ci-dessous).
Adresse : Maison des associations, 93 La Canebière, 13001 Marseille.

LYON : du jeudi 19 au samedi 21 janvier 2012. Le Cedrats (Centre de documentation et de recherches sur les alternatives sociales), les Archives municipales de Lyon et le Musée de l'imprimerie organisent un colloque intitulé : La presse alternative, entre la culture d'émancipation et les chemins de l'utopie. Au programme : la conservation des fonds, la pluralité des causes (antimilitarisme, féminisme, libération sexuelle, écologie, non-violence, contre-culture, anti-autoritarisme...), les médias alternatifs dans le monde. Interviendront entre autres : Mimmo Puciarelli, Marianne Enckell, Lou Marin et Pierre Sommermeyer.
Adresses : Archives municipales, 1 place des Archives, 69002 Lyon (le jeudi et le vendredi), Mairie du Premier Arrondissement, 2 place Sathonay, 69283 Lyon (le samedi). Renseignements : Cedrats, 27 montée Saint-Sébastien, 69001 Lyon (tél. : 04 78 29 90 67 ; courriel : cedrats.actions@laposte.net

PUBLICATIONS

Les livres qui sont présentés dans La Feuille d’infos sont disponibles chez votre libraire préféré-e ou aux adresses parfois mentionnées. Ceux qui sont suivis du logo CIRA peuvent être commandés à notre adresse (pensez aux frais de port).

PIERRE CLASTRES. Ce recueil rend hommage à Pierre Clastres (1934-1977) avec de nombreux inédits, des photos et des extraits de sa correspondance. Cet ethnologue avait étudié les sociétés amérindiennes et avait publié en 1972 Chronique des Indiens Guayaki. Il avait appris que ces sociétés ne vivaient pas « sans État » mais plutôt « contre l’État ». La pensée politique de Pierre Clastres est inséparable d’une réflexion sur la parole. Ceux qui la maîtrisent la partagent et la font circuler sans jamais la posséder.
Pierre Clastres sous la direction de Miguel Abensour et Anne Kupiec. Sens et Tonka, 2011. 357 pages. 32,50 euros.

COMMUNAUTÉS. Après mai 1968, nombreux sont ceux et celles qui ne se résignent pas à une existence passive et consommatrice. Inspirés par les hippies des États-Unis, ils s’installent à la campagne pour vivre de la manière la plus autonome possible. Par l’entraide et l’auto-production, ils inventent d’autres façons de vivre en rejetant la famille, la propriété, la compétition et les rapports de domination. En 1970, il y avait plus de 500 communautés en France, surtout dans des régions du sud où l’exode rural avait été important. Christian Dupont retrace son expérience personnelle vécue près de Carcassonne
Osons l’utopie ! : le fol été des communautés par Christian Dupont. Les Éditions Libertaires, 2011. 255 pages. 15 euros. CIRA

CARL EINSTEIN. Né en 1885 en Allemagne, Carl Einstein fut romancier, essayiste, scénariste, historien et critique d’art.  Il a été spartakiste pendant la Révolution allemande de 1918. En 1936, il a combattu en Espagne dans les rangs de la Colonne Durruti. À la mort de cet homme qu’il admirait, il prononça un discours à la radio de Barcelone. Afin d’éviter de tomber aux mains des nazis, il se suicida en 1940. Dans L’art du XXe siècle (1926) Carl Einstein propose une analyse de l’art du début du siècle, intégrant les recherches les plus avancées en ethnologie, psychanalyse et sociologie. Pour lui, l’art devait créer l’espace, inventer un monde nouveau et changer l’homme.
L’art du XXe siècle par Carl Einstein ; traduit de l’allemand par Liliane Meffre et Maryse Staiber. Jacqueline Chambon, 2011. 400 pages. 26 euros.

EMMA GOLDMAN. Emma Goldman (1869-1940) a rédigé ses mémoires alors qu'elle vivait à Saint-Tropez. Ils retracent sa vie jusqu'en 1927 et ont été publiés en 1931 et 1934 sous le titre Living my life. De l'amour et des bombes est une adaptation de ces 993 pages, parue précédemment chez Hachette en 1979 puis Complexe en 1986 sous le titre Épopée d'une anarchiste. Née en Russie, elle émigre très jeune aux États-Unis où elle travaille comme couturière. Elle fréquente les groupes anarchistes juifs de New York. Elle fait des tournées de conférences, publie des revues. Elle est plusieurs fois condamnée à la prison à cause de ses opinions anarchistes et féministes. Elle est finalement expulsée des États-Unis versla Russieà la fin de l'année 1919. Elle y constate que la répression bat son plein contre les anarchistes et quitte ce pays en 1922. De 1936 à 1938, elle effectue plusieurs séjours en Espagne et organise le soutien à la révolution libertaire. En 1939, elle quittela Franceet meurt l'année suivante à Toronto (Canada).
De l'amour et des bombes : épopée d'une anarchiste par Emma Goldman ; traduit et adapté par Cathy Bernheim et Annette Lévy-Willard. André Versaille, 2011. 320 pages. (Des femmes dans l'Histoire). 19,90 euros.

INTERNATIONALE. Mathieu Léonard, historien et rédacteur au mensuel CQFD retrace la riche histoire de la Première Internationale (Association internationale des travailleurs) qui n’a duré que huit ans de 1864 à 1872. Le petit réseau d'entraide ouvrière des débuts s’est transformé en une organisation internationale qui prône la révolution sociale. De grandes figures du mouvement ouvrier en ont fait partie comme César De Paepe et Eugène Varlin. Plusieurs courants cohabitaient : marxistes, anarchistes et sociaux-démocrates. Les conflits entre les « autoritaires » autour de Karl Marx et les « anti-autoritaires » autour de Michel Bakounine, finiront par faire éclater l'Internationale.
L'émancipation des travailleurs : une histoire de la Première Internationale par Mathieu Léonard. La Fabrique, 2011. 416 pages. 16 euros.

POULAILLE. Henry Poulaille (1896-1980) est un écrivain anarchiste français. Créateur du courant de la littérature prolétarienne, il est l’auteur de nombreux romans, d’essais sur le cinéma, les lettres, les traditions populaires. Il a fondé une dizaine de revues dans lesquelles il défendait la littérature d’expression populaire et des utopies sociales. Cette biographie était précédemment parue en 1992 chez Manya.
Henry Poulaille : 1896-1980 par Thierry Maricourt. Ressouvenances, 2011. 275 pages. 20 euros.

PRESSE

RÉFRACTIONS. N° 27, automne 2011. 164 pages. 15 euros. CIRA Ce numéro a pour titre : Libres : de quelle liberté ? Le libéralisme a une vision étriquée du concept de liberté mais la liberté n'est rien sans l'égalité. Elle ne doit pas être un privilège mais doit être fondée sur l'autonomie, la critique de la représentation et du principe majoritaire et viser à l'émancipation ainsi que l'ont définie des penseurs tels que Michel Bakounine, Baruch Spinoza ou Cornelius Castoriadis. Les articles sont signés par Claudio Albertani, Eduardo Colombo, Jean-Christohe Angaut, Daniel Colson... Ce dossier est complété par des textes sur les mouvements sociaux, les luttes de libération nationale et des critiques de livres et de revues.
Adresse : Les Amis de Réfractions, c/o Publico, 145 rue Amelot, 75011 Paris (courriel : refractions@plusloin.org). L’abonnement est de 26 euros pour deux numéros et de 50 euros pour quatre numéros (chèque à l’ordre des Amis de Réfractions). Sur Internet : refractions.plusloin.org

CINÉMA

MUMIA. Inspiré d'un rapport d'Amnesty International, ce film documentaire retrace l'enquête de Will Francome. Ce dernier est parti sur les traces de Mumia Abu-Jamal, le plus célèbre condamné à mort américain. En dialoguant avec Angela Davies, Snoop Dogg, Mos Def ou Noam Chomsky, il retrace tout un pan de l’histoire américaine et son film se veut un plaidoyer contre la peine de mort.
Toute ma vie (en prison) réalisé par Marc Evans. Lug Cinema, 2008. 97 minutes. Le film est sorti en salles le 23 novembre 2011. On peut acheter le DVD en souscription (parution en mars 2012) au prix de 15 euros (renseignements sur Internet : http://www.mumiabujamal.com/.)

SPORT

FOOTBALL. Le football anarchiste existe ! Autonômos et Autonômas FC sont deux équipes, masculine et féminine, créées à São Paulo (Brésil) en 2006, dans le cadre d’un squat autogéré par des punks, des anarchistes et d’autres militants. Parmi leurs principes : l’engagement est aussi important que bien jouer, le jeu est collectif, pas d’arbitre dans la mesure du possible, se faire des amis et non pas des ennemis… Ces équipes participeront à un tournoi autogéré et alternatif qui se tiendra en Argentine les 27, 28 et 29 janvier 2012.
Adresse : courriel, autonomosfc@gmail.com

SOLIDARITÉ

LE MONDE LIBERTAIRE. Les attaques politiques et économiques contre la presse indépendante sont de plus en plus violentes. Pour poursuivre son rôle de propagation des idées anarchistes, l’hebdomadaire de la Fédération anarchiste a besoin d’un soutien financier. Les chèques doivent être libellés à l’ordre des Publications libertaires.
Adresse : Le Monde libertaire, 145 rue Amelot, 75011 Paris. Sur Internet : www.monde-libertaire.fr

PHILIPPINES. Mindsetbreaker Press est un collectif de traducteurs anarchistes aux Philippines. Il édite des brochures traduites de l'anglais en tagalog, une des langues officielles du pays. Pour financer ses activités (infoshop, éditions, distribution), il lance un appel à la solidarité financière.
Adresse : Mindsetbreaker Press and Distribution, 157 Ilaya E.Mendoza St., Buting, Pasig City, Philippines 1600 (courriel : mindsetbreakerpress@riseup.net).


  Qui ?     Lecture     Bulletin     Lettre     Débats     Bibliothèque     Archives     Liens     Nouveau  

Centre international de recherches sur l'anarchisme

Siège et correspondance  
Téléphone  
Adresse électronique  

  50, rue Consolat, 13001 Marseille
  09 50 51 10 89/04 91 56 24 17
  cira.marseille@gmail.com